Scynikal, le montréalais champion End Of The Weak


  • Nov. 28, 2016, 1:37 p.m.

  • (Source: Natchav)

    Scynikal est grand, baraqué et porte le hoodie noir aussi bien que Luke Cage, le super héros de la nouvelle série Marvel, sur Netflix. Sauf, que Scynikal n’a pas de super pouvoirs, par contre, il a un super flow de Mc. Il vient de remporter le championnat de End Of The Weak World, le 29 octobre dernier à Montreux, en Suisse.

    Mais qu’est ce que le End Of the Weak (EOW)? C’est une « anti-battle » de MCs qui a vu le jour en 2000 dans l’arrière salle d’un restaurant de Lower East side à New York. A l’instar des battles que l’on peut voir dans le film de Eminem « 8 Mile », il ne suffit pas de clasher son adversaire pour devenir champion EOW.

    Le natif de Notre-Dame-de-Grâce, a dû exceller dans 5 étapes différentes: une prestation personnelle durant 1 minute, une mesure de rap a capella, une improvisation en incluant les noms des objets tirés au sort, 4 mesures sur un beat et un clash MC versus DJ. « Pour moi c’est la partie la plus difficile. C’est une vraie battle contre le DJ. Il faut suivre le rythme, dès qu’il accélère, on doit accélérer et vice-versa », confie le « punchlineur ».

    « Better busy than bored » est sa citation préférée. Une touche de cynisme ? Normal, Joshua est une personne cynique. C’est sa maman qui le dit: « Nous étions à Toronto, dans un restaurant, on avait une discussion sur la politique et je faisais de l’autodérision car je ne crois pas en la politique. Puis ma maman m’a dit « mais Joshua, tu es quelqu’un de cynique en fait ! C’est de là que c’est venu ! Scynikal ! ».

    Plutôt rappeur engagé qu’égocentrique, Joshua parle de la vie en général dans ses textes. « Oui c’est vrai que parfois la vie est difficile mais il n’y a aucune excuse pour ne pas réussir. Ni le milieu social dans lequel tu as grandi, ni ta couleur de peau, ni le niveau d’éducation… Le secret c’est la persévérance ». Et c’est qu’il a fait  depuis 4 ans en participant au EOW. Cette année ça a payé.

    Un beau doublé. Il remporte les qualifications nationales, et revient avec la coupe EOW monde. Pour se faire, il a dû faire face à 8 adversaires venus des quatre coins du globe: Madagascar, Luxembourg, Belgique, Etats-Unis, République-Tchèque, Angleterre, Suisse et France. Maras, le champion de France, lui a donné du fil à retordre . « Il est très fort, je pensais que c’est lui qui allait gagner ». Le montréalais a battu le français avec 0,4 points de plus seulement.

    « C’était une expérience extraordinaire. Humainement d’abord car c’était la première fois que je prenais l’avion et que je quittais non seulement le pays, mais le continent. J’ai adoré la Suisse. Les paysages, les montagnes, les vignes, la tranquillité des habitants… C’était encore plus motivant et puis j’étais accompagné de l’équipe d’EOW Montréal mais aussi de ma femme. Mais aussi artistiquement, j’ai dû me surpasser ».

    Son secret et ses rituels? Scynikal se met en pause. Il ne boit pas d’alcool durant plusieurs jours, lis énormément, des romans, des livres sur la relaxation ou la méditation. « Je dors beaucoup aussi, je mange bien et je ne rap pas du tout pendant plusieurs semaines avant. J’essaye de me nourrir de la vie, de tout ce qui m’entoure et ne pas trop parler pour tout lâcher le jour J ».

    Le virus du rap, Joshua l’a attrapé lorsqu’il avait 19 ans après avoir été frappé par une voiture. « J’ai eu la jambe gauche cassée, il fallait donc que je reste alité durant plusieurs mois sans rien faire. Alors le temps de ma convalescence je me suis mis à écrire ».

    En 2008, par le biais de Mc Woodman, il participe à un battle au Club Soda. Scynikal gagne et fait la première partie du concert de Papoose, rappeur new-yorkais. C’est le début de l’ascension. Deux ans plus tard, il gagne la finale provinciale de la ligue de battle « 11 Check ».  Entre 2011 et 2012, il fonde avec 4 autres rappeurs montréalais un groupe qui s’appelle Murder Face.

    Dans le même temps et durant 6 années de suite, il va participer au KOTD, une ligue de battle MC à Toronto. Mais les vrais battles, comme dans les films de rap américains. Quand le mec au micro démonte son adversaire à coups de lyrics sanglantes, en le critiquant de là où il vient, comment il est habillé… et quand la foule devient hystérique et nomme le meilleur des deux ! Scynikal les a tous gagné !

    Ces victoires lui ont donné l’opportunité de faire les premières parties de concerts de grands noms du hip-hop américain. Tels que: Kurupt, DJ du groupe de  de Snoop Dog, ONYX, ou encore D12, le groupe de rap d’Eminem.

    Sa force ? être un électron libre. Il collabore avec d’autres artistes et groupes de rap comme : la boîte de production Soké, dans un projet franco-anglais, mais aussi Monk.E et Urban Logix, rappeurs montréalais et adversaires de Scynikal lors des compétitions EOW.

    « Ce sont avant tout des artistes avec qui j’aime travailler », confie-t-il.

    Au total, Scynikal a sorti 7 albums dont 4 en solo.

    Pour ceux qui aimerait s’essayer au micro, tous les jeudis soirs au Le Bleury Bar à Vinyle sur Bleury, Scynikal et sa gang, « Urban Science », organisent des open mic « chacun peut s’inscrire pour participer, les MCs changent tout le temps mais y a toujours quelqu’un de notre équipe pour animer et mettre le feu ». Joshua y sera le 22 décembre prochain si vous voulez vous faire repérer par le champion.

    Humoriste, sa nouvelle casquette.

    Depuis un an, Joshua s’est mis au stand-up. « Toute ma vie j’ai voulu être rappeur, humoriste, acteur… Et puis je trouve que nous sommes très drôle au Québec. C’est ma fille qui m’a donné envie. Avant, à l’époque de KOTD par exemple, j’étais quelqu’un de fâché. Les MC Battles sont des exercices très fatigants, ça apporte de la négativité, tu deviens aigri. J’ai pas envie que ma fille ait cette image là de son papa ».

    Son premier micro en tant qu’humoriste, il l’a tenu devant le public du Comedy Nest dans le Centre-Ville puis ensuite au ComedyWorks sur la rue Bishop et enfin dans le vieux-port au Marché des Eclusiers « où je suis resté 10 minutes sur le stage« .

    Projet futur ?

    Joshua va animer une conférence sur le « freestyle » à l’université de Concordia, le 30 novembre prochain.

    Le 3 décembre prochain, Scynikal participera à la célébration du 10e anniversaire de la radio Ghetto Érudit au Club Lambi

    Plusieurs DJs l’ont également approché depuis sa victoire au EOW pour des futurs projets musicaux, notamment DJ IDEM qui vient de France. L’année prochaine, il devrait aussi participer à un show EOW à New-York.